La goutte de trop

04 juin 2018

L'inertie en montgolfière

Le mois dernier, j'ai expérimenté un vol en montgolfière au-dessus de Metz. Et une fois encore, j'ai été fasciné par la magnificence de notre monde. Pour peu qu'on observe ce dernier des cieux, on ne peut qu'être remué par sa splendeur et s'apercevoir à quel point nous sommes petits ! Seulement, même les organismes les plus insignifiants peuvent terrasser des organismes des milliards de fois plus grands. Et notre infime action particulière, de par notre nombre, détériore le fragile équilibre de ce monde. Et ce n'est qu'un début. Le plus gros pollueur mondial va en effet défaire le plan climat d'Obama. Un certain magnat de l'immobilier considère en effet que les réglementations environnementales sont inutiles et va ainsi appuyer le maintien de nombreuses centrales à charbon, contrairement à ce que le plan pour la réduction des émissions de CO2 conseillait. Selon Scott Pruitt, ce plan était même « une tentative illégale d'accroître le pouvoir des bureaucrates fédéraux sur la politique énergétique des Etats ». Pour une ONG environnementale, au contraire, le Clean Power Plan « empêcherait des milliers de morts prématurées et des dizaines de crises d’asthme chez les enfants chaque année ». Cette décision n'est cependnat pas surprenante de la part de Trump, selon quile changement climatique a été inventé par les chinois pour nuire à l'économie américaine. Mais elle ne fait que confirmer la crainte selon laquelle la hausse des températures ne sera pas tenue en-dessous de 2°C. En réalité, la hausse serait plutôt autour de 3,2°C. Et ces prévisions-là ne font même pas partie du pire scénario ! Alors ce n'est qu'une suggestion, mais je vous conseille vraiment de profiter autant que faire se peut de l'époque actuelle. Nos descendants évolueront dans un monde radicalement différent. Au passage, si vous souhaitez découvrir notre monde de là-haut, je vous invite à tenter le vol en montgolfière : la vue est tout simplement sublime. Voilà le site auquel j'ai fait appel, si le coeur vous en dit. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du blog sur ce de vol en montgolfière qui est très bien rédigé sur ce thème.

montgolfiere3 (4)

Posté par armettel à 16:13 - Permalien [#]


29 mai 2018

Le travailleur du numérique

A rebours des théories antérieures, qui insistaient sur les comportements pro-sociaux du Web, le Digital Labor et la figure du travailleur du clic pointent les phénomènes de captation de la valeur par les plateformes numériques, qui vont de pair avec de nouvelles formes de paupérisation et de précarisation des producteurs de contenus, au mieux mal rémunérés, et travaillant gratuitement la plupart du temps. On est loin de l’émancipation promise et espérée aux premiers temps de l‘internet. Comme le résume avec humour le sociologue Dominique Cardon : “Internet était sympa, il ne l’est plus”. Dans le champ de la ville, le numérique comprend aussi des travailleurs expérimentant de nouvelles formes de précarité, comme les livreurs payés à la tâche qui travaillent pour Deliveroo, les conducteurs indépendants des plateformes de VTC comme Uber, ou d’autres plateformes du même type. C’est également la captation à grande échelle de traces GPS par les applications utilisées par les urbains (ex. Googles Maps) : de plus en plus, se déplacer dans la ville ressemblera au parcours de l’internaute, scruté et mémorisé par une multitude d’acteurs gourmands en données personnelles. La notion de digital labor pose enfin la question du bénévolat des citoyens/ usagers. On peut prendre l’exemple des plateformes de sociabilité de proximité qui s’appuient sur des « ambassadeurs » rémunérés en points et en badges numériques, ce qui pourraient donner l’illusion de pouvoir remplacer les animateurs rémunérés par la collectivité par ces “ambassadeurs” dans les quartiers populaires par exemple. Dans quelle mesure le recours de la collectivité au bénévolat est-il légitime, à travers une plateforme ou pas? Et ne prenons-nous pas le risque d’un progressif burn-out citoyen au fur et à mesure que les pouvoirs publics se déchargeront sur lui ?

Posté par armettel à 11:15 - Permalien [#]

03 mai 2018

Combien de gouttes faut-il pour faire un mouvement social ?

C'est une question que je me pose depuis plusieurs semaines : combien de gouttes faut-il pour faire un mouvement social de grande ampleur ? Malgré la grogne, il semble que les différents contestataires ne parviennent pas à s'organiser et agir ensemble. Chacun a des revendications différentes, et chacun mène sa lutte sans se rallier aux autres. Peut-être est-ce un signe de notre époque, et la raison pour laquelle un autre mai 68 n'est plus possible. Il y en a vraisemblablement d'autres, mais celle-là est, à n'en pas douter, à prendre en considération.

Nous vivons à une époque où le vase de fureur est plein, et où chaque goutte a tendance à le faire déborder. De différentes manières, d'ailleurs. Cela ne passe pas forcément par un mouvement social : cela passe parfois par l'élection d'un milliardaire populiste à la tête d'un pays ; cela passe parfois par la volonté de retrouver sa souveraineté et son indépendance. Et j'aimerais ici analyser chacune de ces gouttes d'eau qui déborde du vase et donne lieu à un phénomène inattendu.

Bienvenus sur mon blog.

Posté par armettel à 11:14 - Permalien [#]